Al-Wihda,  site web d’actualités africaine et internationale, a publié dernièrement un article datant du 4 Juillet relatant des affrontements entre le FRUD et les forces armées.  Dans cet article sont évoquées pêle-mêle les visées dictatoriales du président, le présumé assassinat du n°1 de la gendarmerie nationale et les démêlés du président avec son « ex-ami » le magnat Mahamoud Borreh. Tous ces élèments tracent les contours d’un horizon apocalyptique pour la petite République, vouée à l’instabilité, à cause de la cupidité de son président et de la frustration de la population, et qui pourrait mener, selon l’article, à un « un coup d’état à la nigérienne afin de sauver l’unité du pays ». Le FRUD (Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie) semblent ainsi « gagner du terrain ».

Cet article est le deuxième publié au sujet de Djibouti par AlWihda que je lis. Et, pour tout dire, je commence sérieusement à douter de la véracité des faits rapportés par ce média. La raison en est toute simple.

Le premier article que j’ai lu sur AlWihda s’intitule « Djibouti:Exécution extrajudiciaire, arrestations, tortures,…« , qui faisait état, comme son titre l’indique, de diverses infractions à la Convention des Droits de l’Homme, et à plusieurs autres conventions signées par Djibouti et relatives au respect de l’intégrité et de la dignité humaines.

Donc des traitements inhumains seraient infligés à des populations nomades du Nord du pays, essentiellement composées d’Afars. L’article donne même des noms et des dates :

Le commandant Idriss Eleyé dit Ina Hawa, responsable militairedu District de Dikhil, a tué à bout portant un jeune berger Afar de la confédération tribale de Wandaba, à 5 km de Yoboki le 15 Janvier 2010.

Cet article m’a semblé très bien documenté et je n’ai émis aucun doute quant à la véracité des faits, tant le gouvernement s’était rendu coupable d’exactions du même genre. Je partageais cette information avec un ami afar. Surprise, il reconnait une parente à lui qui vit à la campagne. Saisi d’inquiétude, mon ami décide d’aller aux nouvelles.

Quelques semaines après, je demande à mon ami des nouvelles de sa parente. Il me répondit que celle-ci se portait comme un charme. Elle a eu l’air surprise de l’entendre lui demander si l’armée nationale ne rôdait pas dans le coin. A sa connaissance, il n’y a pas eu de violences dans son village ou dans les alentours.

Il est clair maintenant que cette information publiée sur le site d’AlWihda s’est révélée démentie par une des personnes qu’elle cite comme faisant partie des « victimes » des exactions présumées de l’armée nationale djiboutienne. Comment, dans ce cas, croire à ce deuxième article sur l’avancée du « FRUD » face à l’armée nationale?

La question qui se pose est : Quelles sources utilise AlWihda ? Apparemment, quels qu’ils soient, ils ne sont pas crédibles à mes yeux.