« La Nation » vient de publier sur son site web un article très révélateur sur les soucis sécuritaires de l’Etat dans le secteur Nord.

Intitulé « Sous l’arbre à palabres », cet article nous informe qu’ « une délégation de haut niveau s’est déplacée mardi dernier vers le village de Margoyta », un village « situé dans le secteur du mont Moussa, à une quinzaine de kilomètres de la frontière ».  La délégation était constituée de tout (ou presque) ce qui compte dans le domaine de la défense : le miniistre Ougoureh Kifleh, des officiers supérieurs membres du Conseil de la Défense, ainsi que « les autorités administratives et militaires » de Tadjourah. Tout ce beau monde était accompagné par « les principaux chefs coutumiers de la région de Bouya Margoyta et Adguéno ».

En fait, la plus grande partie de l’article est destinée à décrire en détail qui était là à cette réunion au sommet dans ce petit village près de la frontière. Une fois passé à travers la lecture de ce compte-rendu abscons et répétitif, nous apprenons que cette importante délégation  s’était déplacée pour demander aux gens de la localité s’il ne leur manquait rien ! En effet, des projets de développement ont été évoqués.

Le journaliste reconnaît que l’une des conditions de la réussite de ces projets est la stabilisation de la sécurité dans la région. Et c’est là que ça devient intéressant. Car au détour d’une phrase, l’auteur évoque « une attaque perpétrée par des rebelles au mois de mai écoulé ».  C’est pour moi la première fois (et je reconnais que je ne suis pas un lecteur assidu) que je lis en clair le mot « rebelle » dans un article sur la sécurité intérieure. Mais rebelle à qui ? à quoi ? L’article ne donne pas de précisions supplémentaires sur ces « rebelles », leurs revendications ou leur dénomination. Mais c’est déjà une énorme information que des « rebelles » existent bel et bien dans le Nord. Information confirmée par « La Nation » et ce n’est pas rien !

Le paragraphe suivant est édifiant : «Ces éléments armés se déplacent depuis de moins en moins et les actions subversives qu’ils menaient pour créer des tensions entre la population civile et les militaires ont diminué. »=

Vous vous rappelez sûrement d’une série d’articles publiés par « Al Wihda », un  cyberjournal, qui affirmait que des affrontements auraient eu lieu entre des éléments du FRUD et l’Armée Djiboutienne ? Non ? Eh bien, trouvez les liens au bas de cet article, c’est gratis ! Quant à moi, j’avais même émis des doutes sur la réalité de ces infos (si si). Mais là on peut dire que le doute n’est pas permis. Il existe un conflit dont ignore tout, nous citoyens lambda, et à propos duquel les médias gouvernementaux observent un étrange silence. A part, bien sûr, ces sorties, sûrement non intentionnelles, de « La Nation » dans cet article.

Les article d’Al-Wihda :