Acquisition de terres arables par Djibouti: que sont-elles devenues ?


Vous vous souvenez de l’annonce fracassante qui a été faite à la télé  à propos de terres arables achetées par l’Etat Djiboutien en Ethiopie? C’était en 2009, en août 2009.

Une première superficie de plus de 3000 hectares est acquise, à Ballo, un « périmètre agricole ». Une autre  superficie de 5000 hectares est achetée par Djibouti dans une région située à 400 km de la capitale éthiopienne, « et dont les sols sont réputés fertiles pour les cultures de blé ou d’autres aliments de base », dixit La Nation (numéro du 26 Ao.

A cela s’ajoute 55 000 hectares concédés par le Malawi en faveur de notre pays, sur décision du président malawite.  Ce sont donc plus de 63 000 hectares de terres arables situées dans des régions très fertiles de l’Afrique que possèderait désormais la République de Djibouti. Les objectifs affichés étaient d’assurer la « sécurité alimentaire du pays, « priorité des priorités » selon le gouvernement.

Près d’un an plus tard, il serait intéressant de savoir où en est le combat contre l’insécurité alimentaire. Ces terres sont-elles cultivées? Et si elles le sont, est-ce que les récoltes parviennent à Djibouti? Est-ce que ça va permettre de rendre plus abordables les prix des fruits et légumes dans le pays?

Le gouvernement ne communique plus après cette annonce de l’acquisition de ces terres. Aucun suivi n’est assuré dans les médias gouvernementaux, suivant en cela une habitude générale dans le pays qui consiste à ouvrir un chantier (sécurité alimentaire, secteur éducatif, etc…) et puis de ne plus donner de nouvelles sur son évolution. Peut-être parce qu’il n’y a rien à communiquer…

Tout ce que l’on peut dire, c’est que le combat contre la famine est loin d’être gagné, et l’achat de ces terres arables n’a eu aucun impact sur le bien-être général des Djiboutiens en général, et ceux et celles qui souffrent de malnutrition en particulier. Les prix des fruits et légumes ne cessent d’atteindre des sommets.

Alors, que sont devenues ces terres?

Publicités

7 commentaires sur « Acquisition de terres arables par Djibouti: que sont-elles devenues ? »

  1. Merci Djilani
    Pour le lien mort de « La Nation », voici un autre lien qui reprend l’article en question : http://farmlandgrab.org/7164.

    C’est au cours dd’une discussin avec une amie que je me suis souvenu de ces terres arables achetées par Djibouti. Et comme je m’intéresse aux thèmes du cout de la vie et de la sécurité alimentaire à Djibouti (sans prétendre être spécialiste), j’ai voulu partager mes préoccupations sur le sujet. Il faut bien noter qu’il ne s’agit pas de critiques adressées au gouvernement mais d’interrogations légitimes.

    Au plaisir de te lire et à bientôt fr.

  2. Tres bonne question, il serait interessant de voir ou en est le projet. C’est une bonne initiative…en theorie.

    Sinon, je suis tomber sur ce blog il y’a quelques jours et j’avoue que des questions interessantes sont souleves. Continue a partager tes reflexions et interrogations, avec la defaillance de nos medias gouvernementaux, internet pourrait combler le vide…

    Au plaisir de te lire a tres bientot,

    1. Merci pour tes encouragements.
      J’ai créé ce blog pour pouvoir partager une vision constructive du pays, en pointant du doigt dans la mesure de mes faibles moyens les incohérences et les choses qui vont mal dans notre petit pays. Dire ce qui ne va pas, pour moi, n’équivaut pas à critiquer ceux qui sont au pouvoir. Je suis conscient que nous avons tous une part de responsabilité, citoyens, gouvernants et opposants dans la marche de notre pays. J’espère pouvoir contribuer à sensibiliser les Djiboutiens sur un fait: il ne sert à rien de baisser les bras en rendant responsables le gouvernement de tous nos maux. Par notre silence, nous sommes aussi coupables d’avoir laissé notre mère patrie dans cet état. Et de ce point de vue, donner une information alternative sur notre pays est un moyen d’action comme un autre.
      A++

  3. legitime , c’est le role d’un blogueur de partager sa pensée a travers sont blog.. c’es tres bien mecs , tu sais que je t’en courage maha.. l’on dois se serré le coude dans notre petite blogosphere djiboutien.. mais face au monde l’on dit  » ON es LA »

  4. On dit « On est là » d’autant plus que la visibilité de notre pays sur le web est en même temps faible et non conforme à la réalité. L’image « fabriquée » du pays que diffuse nos responsables politiques à l’étranger ne peut tromper personne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s