Les prix des fruits et légumes a atteint de nouveaux sommets. Le kilo d’oignons se vend par exemple désormais à 400 FDj, et le kilo d’ail à 1000 FDj!! Les fruits sont inaccessibles, devenus trop chers. Les gens se privent de tout, même de l’essentiel. La couche « moyenne » se paupérise à vue d’oeil. Les foyers ont le choix entre augmenter la somme allouée à l’achat des fruits et légumes, ou se priver de fruits (et diminuer la quantité), ce qui va avoir des conséquences directes sur la santé, et en premier lieu celle des enfants.
Le lien avec la malnutrition est évident, et elle ne guette plus que les habitants de la campagne, ou les couches pauvres de la population. La paupérisation de la couche moyenne est un fait indéniable.
La population est de plus en plus asphyxiée par ses conditions de vie catastrophiques. Et le gouvernement ne semble pas préoccupé par cette situation, puisqu’aucune mesure n’a été prise pu même envisagée.
Rappelons l’annonce du ministre du commerce le 4 Août, qui affirmait que les commerçants allaient baisser leurs prix. Avions-nous bien entendus? Mais où va-t-on?