Après le 26ème conseil des ministres qui s’est tenu le mardi 26 Octbre, les Djiboutiens ont eu le soulagement d’apprendre par voie de leur média favori (la RTD qui a la particularité d’être unique au monde) qu’ils pourront continuer à enterrer leurs morts dans l’un des deux cimetières de la capitale. Seulement voilà, ils ne pourront plus le faire gratuitement.

Le gouvernement prévoit, avec sa sollicitude légendaire, de mettre sur pied une contribution nationale intitulée « Waqf cimetière ». Cette contribution sera mensuelle et ridiculement peu élevée, vu la situation de crise économique que nous vivons: 200 FDj. L’objectif affiché est d’améliorer la gestion des cimetières: il n’est plus question de reposer dans un terrain vague poussiéreux et à peine ombragé. Les Djiboutiens pourront désormais mourir tranquillement: leurs sépultures seront mieux conservées.

Une précision pour finir: cette contribution ne sera pas versée par l’Etat, mais prélevée sur les salaires des employés. C’est vous dire qu’il y a intérêt à être salarié si on veut mourir dignement dans ce joli petit pays.

Et pour ne pas occasionner de frais supplémentaires et inutiles à votre famille, évitez de mourir de crise cardiaque en plein milieu de la rue, ou écrasé par un chauffard: les frais de conservation de votre corps à l’hôpital public Peltier coûte 5000 FDj par jour…