Avec les problèmes réccurents de délestages estivaux dont souffrent la population Djiboutienne, le grand projet de raccordement des systèmes électriques de Djibouti et de l’Ethiopie apparaît comme un miroir aux alouettes, un projet chimérique qu’on agite à chaque fois qu’on en a besoin et qui ne sera peut-être pas réalisé. Des indices montrent pourtant que le projet est en cours de réalisation, comme ces énormes poteaux éléctriques disposés à proximité de l’agence EDD de La Palmeraie

Selon un article du webzine éthiopien « The Reporter » daté du samedi dernier, « l’Ethiopie a terminée l’installation de lignes de transmission de puissance qui s’étendent à Djibouti », mais aussi au Sud-Soudan, toujours selon la même source. Cette installation a pu être réalisée grâce à des fonds en provenance de la Banque Mondiale.

Lignes de transmission, en Ethiopie
Lignes de transmission, en Ethiopie

La construction de cette installation fait partie d’un projet d’envergure, puisqu’il s’agit non seulement de transférer de l’éléctricité à Djibouti, qui s’attend à recevoir 200MW, mais aussi à des pays comme le Kenya (500 MW) et le Soudan (200 MW). Il est aussi envisagé rien moins que la mise en place d’un câble sous-marin de 26 kilomètres pour transférer de l’électricité au Yémen! Bien entendu, il faudra attendre que les barrages sur le Nil, dont la levée de fonds nécessaire pour leurs réalisation est en cours, soient construits..

L’Ethiopie, en conduisant cet ambitieux projet, projette de devenir le « pôle énergétique » de la Corne de l’Afrique. Il faut juste rappeler que, pour financer la construction de barrages sur le Nil, le Premier Ministre ne s’est pas contenté des fonds de La Banque Mondiale, mais a aussi ponctionné les citoyens Ethiopiens en augmentant, notamment, le « bolo », la vignette automobile, de 50%. Par ailleurs, le Nil traversant plusieurs pays qui ne vont pas s’empêcher d’exprimer leurs mécontentements, la concrétisation de ce projet risque d’être compromis.

Pour ce qui concerne Djibouti, dans le cas où l’interconnexion deviendra une réalité, de nomreuses questions se poseront inévitablement relatives à l’impact sur la vie de tous les jours: Va-t-on baisser le prix du KW/h, qui vient encore récemment d’augmenter ? Est-ce que ce sera la fin des délestages ?  Etc…

Le 25 Avril dernier, l’EDD venait d’acquérir un nouveau groupe éléctrogène d’une puissance de 8 MW au prix de 13 Millions d’euros. Les délestages qui ont débutés peu après en sont d’autant plus inexplicables. Si l’installation de ce « mastodonte, comme l’a affectueusement surnommée la presse gouvernementale, avait pu occasioner ces délestages, les Djiboutiens se rappellent que les étés précédents aussi ils souffraient de coupures de courant sans pour autant qu’il y ait d’installation d’un nouveau groupe électrogène.

Le nouveau groupe électrogène G25b
Le nouveau groupe électrogène G25b