Le khât est-il une drogue?

Le khât est une plante qui pousse essentiellement en Ethiopie et au Yémen, et dont l’intérêt réside dans ses feuillages qui sont mastiquées.

 

La question de savoir si le kKhat-4hât est une drogue ou non peut sembler superflue. Néanmoins, il n’est pas inutile de se la poser, vu l’étendue de la consommation du khât dans la société djiboutienne d’un côté, et l’absence de débats publics autour de ce sujet d’un autre. En outre, la réponse à cette question permettra d’ouvrir des perspectives sur les mesures appropriées à prendre au niveau individuel et social face à ce phénomène. Un certain nombre de personnes ont déjà entrepris à leur niveau d’arrêter de khater (ou de brouter comme vous voudrez), et je me propose d’exposer leurs parcours dans des articles ultérieures.

Disons donc qu’il s’agira de poser le premier jalon d’une discussion qui, j’espère, suscitera l’intérêt de tous les Djiboutiens.

Pour commencer, regardons autour de nous. En Europe et aux Etats-Unis, le khât est clairement considéré comme une drogue. Aux Etats-Unis, la consommation, l’achat, la vente et la possession de khât sont illégales. Au Royaume-Uni, la consommation et la vente de khât a été pénalisée le 24 juin 2014.

Quant à notre petit pays, le commerce et la consommation du khât se fait au grand jour. Les étrangers qui viennent pour la première fois à Djibouti sont intrigués à la vue de ces boîtes vertes qui encombrent nos ruelles, et sont encore plus étonnés quand ils apprennent leur utilité.

vente_du_khat

Les vendeurs et vendeuses de khât sont des commerçants comme les autres à Djibouti, et ont pignon sur rue. Les grands importateurs de khât paient leurs impôts à l’Etat (voir articles 115 et 284 du Code Général des Impôts de Djibouti).

C’est que cette herbe s’est profondément intégrée dans les mœurs de notre société, à tel point qu’on pourrait comparer les mabrazes (endroits où on se réunit pour khâter) aux bars des pays occidentaux, ou aux « maquis » de l’Afrique de l’Ouest.

Aucune statistique n’est disponible au niveau national, mais on peut aisément dire sans se tromper que la majorité des adultes mâles et une partie de plus en plus importante de la gente féminine s’adonnent à la consommation du khât.

Pourquoi aucun débat n’a été initié par les acteurs sociaux, l’Etat ou les médias nationaux? A mon humble avis, il existe deux raisons principales à ce silence ahurissant. Le khât pèse lours dans l’économie nationale; limiter son importation, le surtaxer ou l’interdire serait un énorme manque à gagner pour les caisses de l’Etat. De plus, cette plante est un excellent moyen de calmer la population et la rendre « inoffensive »: Peace and Love!!

Alors en fin de compte, le khât est-il une drogue, oui ou non? La réponse est évidemment oui! Les conséquences de la consommation du khât sont très néfastes et affectent tous les aspects de la vie du consommateur, des membres de sa famille et la société toute entière.

A nous maintenant de chercher à savoir que faire….

Publicités

Eiffage va construire une usine de dessalement d’eau à Djibouti

Source : Eiffage construction @EiffageConstruc #eiffageconstruction Le projet, réalisé en groupement avec Tedagua, spécialiste espagnol du traitement des eaux, filiale de Cobra (groupe ACS), comprend une unité de dessalement d’une capacité de traitement de 22 500 m³/jour ainsi qu’un ensemble d’ouvrages garantissant à termes une capacité totale de production de 45 000 m³/jour. Un réservoir de 5 000 […]

via Eiffage va construire une usine de dessalement d’eau de mer à Djibouti — LE BLOG DES INSTITUTIONNELS

#Tribalisme à Djibouti : l’épée de Damoclès !

Enfin un blogueur (une blogueuse en l’occurrence) qui laisse parler ses tripes et parle du sujet qui fâche: le tribalisme. Ce ver qui ronge notre société jusqu’à l’os et qui finira par avoir notre peau à tous, si nous ne nous réveillons pas à temps.

WORTHIEST WARMOG

20150606_153647-1Me revoilà!  Avouez, vous m’avez beaucoup attendu!

Bref, je reviens vous écrire sur un thème qui m’énerve, sur des gens à merde. Oups, je suis devenue insolente! Eh ben, voilà le thème: je suis triste…à cause d’un tribalisme…devenu monnaie courante!

Il y’a tout juste deux jours, un homme mal habillé (oups, c’est encore mon insolence) avait tenu ce discours dans un bus : « Reer Hebel ! Le pays va mal! Ils ont bouffé la caisse! Les jeunes n’ont pas de travail! On nous a promis l’émergence! Regardez nos routes! On n’en a marre! Tout ça doit être rayé! Il n’est pas comme eux (un opposant), lui il a souffert, il connait nos souffrances! Vous voulez la belle vie? Du boulot! Chassez reer Hebel et Votez pour reer Hebel! Votez-nous »  

Quelle gueule hein? C’est comme les hommes de mon clan…de merde! Justement, il n’y a rien dans leur discours qui puisse…

Voir l’article original 1 278 mots de plus

[ revue de presse ] Djibouti: Enquête sur de possibles violences sexuelles de militaires étrangers

Partout sur le continent africain, on est régulièrement choqués par le comportement blâmable et irrespectueux qui est souvent prêté aux soldats occidentaux. Déjà en en Centrafrique, des soupçons de sévices sexuels qui auraient été infligés à de jeunes filles et garçons par des soldats étrangers font l’objet d’enquêtes.

A Djibouti, cette douloureuse actualité s’est invité sur notre sol. Et avec la prolifération de soldats étrangers, surtout occidentaux, la probabilité que cela arrive augmentait en proportion. Selon un article du « Huffington Post » daté du 27 septembre, « des soldats étrangers, originaires des Etats-Unis et de la France, ont été impliqués dans des activités sexuelles illégales avec des femmes et de jeunes filles ».

>> Lire l’article en entier ici

 

{revue du web } DHALINYARO – tournage terminé — SAMAWADA FILMS

DHALINYARO – Sortie fin 2017. Le tournage de notre premier long métrage appelé Dhalinyaro (jeunesse) est terminé. Découvrez prochainement les aventures de Deka, Asma et Hibo dans vos salles. Pour cette occasion, Lula Ali Ismaël a été interviewée par Human Village. « À la découverte de « Dhalinyarro » de Lula Ali Ismaël » écrit par Mohamed Ahmed Saleh sur Human […]

via DHALINYARO – tournage terminé — SAMAWADA FILMS

Djibouti à tout prix…

Notre petit pays (149ème par la taille) accueille, en plus des militaires français, beaucoup d’autres nationalités, installées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme international.

Cet article clair et bien rédigé nous remet en mémoire les différentes étapes de l’installation de ces bases à Djibouti.

https://araprism.org/2017/03/14/djibouti-le-cheval-de-troie-des-grandes-puissances/

Littérature: Abdourahman Waberi, prix Louis Guilloux pour « La divine chanson »

World Vision

Littérature: Abdourahman Waberi, prix Louis Guilloux pour 'La divine chanson'
Littérature: Abdourahman Waberi, prix Louis Guilloux pour « La divine chanson » © AFP

Le prix Louis Guilloux, qui récompense chaque année un écrivain s’inscrivant dans la « lignée littéraire » de l’auteur de « La maison du peuple », a été remis ce week-end à Saint-Brieuc à Abdourahman Waberi pour « La divine chanson » aux éditions Zulma.

Dans ce roman, Waberi, né en 1965 à Djibouti, nous emmène, à travers la voix de son chat, dans les pas de Gil Scott-Heron, surnommé le « Bob Dylan noir », comparé aussi à Bruce Springsteen ou Patti Smith, à la fois chanteur, musicien, compositeur, romancier et poète afro-américain, né en 1949 à Chicago et décédé en 2011.

Le chat-narrateur, prénommé Paris, est le témoin privilégié du parcours et des errances de ce précurseur du slam et du rap dans ses pérégrinations entre Paris, New York et Berlin. Entre rêve et réalité – ceci « n’est pas une biographie », précise Abdourahman Waberi…

Voir l’article original 136 mots de plus

Immortel chemin de fer

C’est une histoire de vieux qui reprennent du service. Des retraités qui retournent au turbin. Des machines rouillées qu’on décrasse. Inauguré en 1917, le chemin de fer franco-éthiopien reliait Addis Abeba à Djibouti. Une journée de train à travers montagnes et désert. En 2008, la rentabilité faisant défaut, les vieilles michelines sont assignées à résidence dans l’immense dépôt de Dire Dawa. Des centaines de cheminots se retrouvent sur le carreau, en « retraite anticipée ».

LIRE L’ARTICLE SUR LE SITE « Terminus Abyssinie »

Source : Immortel chemin de fer

Colis DIRIYA

Encore une fois, la preuve que les femmes, ces petites fourmis laborieuses et si généreuses, sont celles qui pansent les plaies de ce monde. Femmes; je vous aime!!
Ce post m’a aussi rappelé un de mes articles, « Les femmes sur la ligne de front » – https://monecoledj.wordpress.com/2010/10/01/les-femmes-sur-la-ligne-de-front/

Solidarité Féminine Djibouti

Tri et distribution des colis envoyés par DIRYIA : produits de toilette, vêtements, jouets de tout âge…et fournitures scolaires pour la rentrée !!! L’ensemble de l’équipe de SF et ses adhérentes remercie tous ceux et celles qui ont participés à la collecte, les dons et tout le travail de logistique !!!!!

20150601_09205820150601_09211120150601_09494120150601_11481420150601_11482220150603_17424720150603_17425120150603_17425720150603_174325

Voir l’article original

Djibouti, l’Ethiopie et le Kenya sur Facebook – Janvier 2015.

C’est officiel: La Gazette de Djibouti….ne fait pas partie de vos sites web préférés!!! Mais que ca ne vous empêche pas de venir vous informer et de partager votre point de vue.

Le Storytelling du Community Management au Cameroun

Après l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb, votre blog en Community management continue son tour d’Afrique pour vous fournir des indicateurs chiffrés sur les autres pays du continent. Cette fois-ci, nous nous rendons en Afrique de l’Est.
Pour illustrer cette région, nous avons pris 3 pays: Djibouti, l’Ethiopie et le Kenya.

Djibouti

Estimation des internautes du Facebook : 92 000 personnes.
60 000 hommes (environ 65%) et 32 000 femmes (environ 35%).

Pages Facebook phares :

djibouti sur Facebook
Les pages les plus aimées par les habitants de Djibouti sont :
dj2

L’Ethiopie

Estimation des internautes du Facebook : 2 200 000 personnes
1 600 000 hommes (environ 72%) et 600 000 femmes (environ 28%).

Pages Facebook phares :
e2
Les pages les plus aimées par les habitants d’Ethiopie sont :
e1

Le Kenya

Estimation des internautes du Facebook : 4 400 000 personnes.
2 800 000 hommes (environ 63%) et 1 600 000 femmes (environ 37%).

Pages Facebook phares :
k1
Les pages les plus aimées par les habitants du Kenya sont :
k2

Source :
http://www.facebook.com
http://www.socialbakers.com

CHEDJOU KAMDEM(CK)

Voir l’article original